Les colères de votre enfant : 3 conseils pour bien les gérer

Vous dites non et voilà votre tout-petit qui hurle et tape des pieds ? Vous pouvez adopter de bons gestes pour l’aider à gérer ses émotions sans céder.

1. Anticipez les frustrations de votre enfant

Entre 1 et 3 ans, votre tout-petit a un programme chargé : apprendre à marcher, à manger proprement, à devenir propre… Tous ces apprentissages lui demandent beaucoup d’efforts. Ce qui peut provoquer du stress quand il ne réussit pas comme il veut. De temps en temps, il a besoin de se défouler, et cela peut passer par des crises de colère. Ce mode d’expression fait partie du développement de l’enfant, à condition qu’elles ne soient pas habituelles. Pour limiter ces épisodes, anticipez ses frustrations et expliquez-lui toujours ce qui l’attend : « Tu peux jouer 10 minutes, ensuite c’est l’heure de se coucher », « Tu fais une sieste et après nous irons au parc ». Les plus jeunes sont dans l’instantanéité et n’aiment pas les changements brutaux comme :

  • arrêter de jouer pour aller se coucher,
  • quitter la maison pour partir à la crèche.

À vous, donc, d’introduire un délai pour que votre enfant puisse s’y préparer.

2. Aidez votre tout-petit à gérer ses émotions

Quand votre enfant est en colère, il est submergé par une énergie et une agressivité dont il ne sait que faire. Pour l’aider à canaliser ses émotions, prenez-le dans vos bras, tenez-lui la main, caressez son dos et parlez-lui calmement. En se sentant sécurisé, il va se calmer progressivement. Dès le plus jeune âge, encouragez-le aussi à exprimer ce qu’il ressent quand il est fâché : « Tu n’es pas content parce que tu n’as pas eu ce jouet »… Mieux il saura s’exprimer et moins il sera coléreux. Autre tactique : faire diversion et proposer une solution de secours. Au supermarché par exemple, demandez-lui de reposer ce paquet de biscuits et de venir vous aider à choisir des yaourts ou du fromage.

3. Colère : encouragez-le dans ses efforts

À chaque fois que votre enfant parvient à se contrôler et à ne pas exploser de rage, à renoncer à un caprice ou à obéir après avoir dit non, félicitez-le. Dites-lui aussi que vous êtes fiers de lui, c’est valorisant ! Montrez-lui également les avantages de la situation : « Nous n’avons pas perdu de temps comme la dernière fois, donc tu pourras jouer avant de prendre ton bain. » Enfin, sachez que ses colères sont l’occasion pour lui de prouver qu’il existe en tant qu’individu, mais aussi de vous tester. Vous devez être rassurants et fermes en même temps. En ne cédant pas systématiquement, ses colères seront de moins en moins fréquentes. Et votre tout-petit pourra ainsi s’affirmer et gérer ses émotions sans passer par la phase « colère ». De quoi devenir un grand !