Comment éveiller les papilles de votre bout de chou ?

Le goût de bébé se développe dès les premiers mois. Pour qu’il devienne un fin gourmet, apprenez à développer ce sens à l’aide de nos astuces.

Stimulez l’odorat

Inutile d’attendre la diversification alimentaire pour éveiller l’odorat de bébé. Une écorce d’orange, un carreau de chocolat ou même une feuille de basilic passé près des narines de votre enfant piquent ses sens et éveillent ses goûts bien avant qu’il puisse les déguster. 95% du goût est d’ailleurs constitué par l’odeur !

Incorporez des aliments

Entre 4 et 6 mois, bébé est prêt à découvrir de nouvelles saveurs que le lait. Une fois par jour, introduisez un nouvel aliment, fruit ou légume. Cela lui permet de mieux se familiariser avec chacun des goûts. Ajouté dans le biberon ou sous forme de purée chaque jour, il est ravi de découvrir de nouvelles saveurs ! Notez tout de même que le lait reste son aliment principal pour le moment.

Utilisez des épices douces et des aromates

Les repas de bébé peuvent être rehaussés à l’aide d’épices légères. Elles sont idéales pour souligner le goût des légumes et relever chacun des parfums. Une pointe de cannelle avec les carottes, une pincée de cumin avec le potiron du thym avec le chou-fleur raviront ses papilles ! Et composent des recettes faciles.

Rusez !

Si certains aliments n’ont pas un aspect agréable une fois mixés, créez l’illusion. Pour les purées granuleuses, ajoutez des courgettes qui lient le tout. Une fois la diversification alimentaire (lien interne) débutée, servez des plats aux consistances légèrement compactes pour votre menu de la semaine, en y ajoutant une autre plus liquide. Une purée de pommes de terre accompagnée d’un coulis de tomates, par exemple.

Organisez des repas conviviaux

Lors du dîner et une fois la diversification alimentaire acquise, installez-vous tous à table. Il doit comprendre que ce moment est empreint de convivialité et sera d’autant plus heureux de déguster vos repas. Comme vous, l’enfant doit y prendre du plaisir. Si les soirées sont trop chargées, réservez au moins des moments pendant le week-end. 

Et s’il refuse ?

Ne forcez jamais un enfant qui ne veut pas manger. Incitez-le toujours à goûter mais sans chantage ou pression. Il doit comprendre que les repas sont faits pour se nourrir, non pas pour vous faire plaisir. S’il se borne, c’est qu’il a une raison, même si elle vous est inconnue. Surtout, gardez en tête que les goûts évoluent et que certains plats qu’il ne souhaite pas déguster pendant une période deviendront peut-être ses préférés plus tard !

Si votre enfant est réfractaire à certains aliments, travaillez la présentation de son assiette. Une purée peut devenir un toboggan et ainsi lui plaire !