Rayons
Toggle Search

Votre magasin préféré

Tous les rayons

Objectif bien-être

Le docteur Frédéric Saldmann mène un combat depuis des années pour que chacun d’entre nous devienne responsable de sa propre santé.

Une bonne alimentation, c’est quoi ?

C’est avant tout une alimentation diversifiée, et une alimentation qui correspond à nos besoins. Un bûcheron et une secrétaire n’ont pas les mêmes besoins nutritionnels. Une personne soumise au froid ne peut pas avoir la même alimentation qu’une personne qui vit dans des lieux chauds. Enfin, il faut manger quand on ressent la faim et non simplement parce que c’est l’heure de déjeuner ou de dîner.
 

Qu’est-ce que la médecine préventive que vous prônez ?

La médecine préventive, c’est la médecine qui s’occupe des personnes bien portantes pour qu’elles le restent. Le but est de permettre aux gens d’être moins malades parce qu’ils vont changer un certain nombre d’éléments dans leur mode de vie. Je préfère me focaliser sur les causes de la maladie plutôt que d’avoir à la soigner une fois qu’elle est installée. Ce sont des choses simples. Par exemple, si vous faites 30 minutes d’exercice physique sans vous arrêter chaque jour, même devant la télé ou en passant des coups de téléphone, vous diminuez de 40 % les risques de cancer, d’Alzheimer ou de maladies cardio-vasculaires. Les vingt premières minutes, on brûle du sucre, et c’est après qu’on brûle les mauvaises graisses et que précisément 1 004 molécules protectrices sont libérées. La prévention permet d’être en meilleure santé parce qu’on a compris ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut plus faire. Cela passe aussi par des conseils d’hygiène, celle-ci permettant d’éviter d’attraper des infections.
 

Le jeûne permet-il aussi d’être en meilleure santé ?

À chaque seconde on produit 20 millions de cellules pour remplacer nos cellules usées ou mortes. On s’est aperçu que lorsqu’on faisait jeûner des souris un jour par semaine, elles ont 20 % de cancer en moins. Si on observe un jeûne séquentiel, c’est-à-dire par exemple arrêter de dîner à 21 heures et ne manger que le lendemain à 13 heures en buvant dans ce laps de temps de l’eau, du thé, un peu de café, le tout sans sucre, et si bien sûr, il n’y a pas de contre-indication du médecin traitant, les personnes seront moins fatiguées, auront le teint plus clair, plus tonique, moins d’asthme, moins d’allergies, moins de rhumatismes. La diète renforce l’ADN et diminue les phénomènes inflammatoires. Depuis le début de l’humanité, et dans toutes les religions, on parle de jeûne comme d’un message pour réactiver une mémoire biologique ancienne. Il faut laisser au corps le temps de souffler, de se réparer. De lutter contre notre obsolescence programmée. Ce n’est pas rien, de détoxifier le foie, les reins, les intestins…
 

C’est une méthode plus naturelle et plus radicale que les anxiolytiques et autres antidépresseurs…

La France détient le record du monde de consommation de ce genre de médicaments. Je propose des solutions pour échapper à ces prescriptions en adoptant des règles de vie qui apportent tonus et bien-être. Par exemple, siffler sous sa douche. Ça a l’air de rien, mais siffler génère des endorphines, autrement appelées les hormones du bonheur. Cela passe aussi par la libido et donc par la sexualité. La libido, c’est notre énergie, c’est ce qui nous donne envie d’avancer, c’est l’étincelle. Il arrive que cette libido s’estompe un peu et à ce moment-là, bien sûr, on déprime. Il suffit de connaître certains points anatomiques et certains gestes pour la relancer.
 

L’activité cérébrale a-t-elle autant d’importance que l’activité physique dans la recherche du bien-être ?

Le bien-être, c’est comme la respiration. C’est une question de mouvement. Quand vous faites du sport tous les jours, vous gagnez en souffle et en tonus. Il en est de même pour le cerveau. Plus on travaille, plus on va loin. En trois semaines de vacances, on perd déjà 20 points de quotient intellectuel. Donc il faut toujours attaquer des choses nouvelles pour permettre à notre activité intellectuelle et sociale de mieux se porter. On peut fabriquer de nouveaux neurones à n’importe quel âge de sa vie !