Rayons
Toggle Search

Votre magasin préféré

Tous les rayons

Tout savoir sur : Le topinambour

On l’avait un peu oublié, mais il revient en force sur nos étals. Le topinambour, à la fois légume et racine, que l’on compare souvent à la pomme de terre, et dont la saveur se rapproche de celle de l’artichaut, est parfait pour accompagner les plats d’automne.

Une histoire chaotique

Cela ne fait que quatre cents ans que l’on connaît le topinambour qui provient d’Amérique du Nord. Implanté en France en 1606 et surnommé l’artichaut d’hiver, il a laissé des souvenirs désagréables après la Seconde Guerre mondiale. Il était en effet, entre 1939 et 1945, l’un des seuls légumes non réquisitionnés et donc l’un des seuls à être régulièrement consommé à la ville comme à la campagne. Les générations suivantes l’ont ainsi délaissé avant qu’il ne soit peu à peu réintégré.

Différents types de topinambours

En France, on en connaît quatre : la patate (au bulbe arrondi et à la chair blanche et fine), le violet de Rennes (à la peau violette comme son nom l’indique), le sakhalinski rouge (au tubercule ressemblant à une massue) et le rouge du Limousin (plus allongé et sucré).

Comment le consommer ?

Il se mange à la fois cru ou cuit, épluché ou non. Il peut servir d’accompagnement en salade, en frite, en purée ou en entrée comme des crudités, râpé ou en lamelles et servi avec une vinaigrette. Mais sa peau étant fragile, il se dessèche vite et doit être consommé rapidement. Si l’on possède une cave, on peut le conserver dans du sable humide et à basse température.

Pour le cultiver

Si l’on veut planter du topinambour, mieux vaut lui réserver un endroit spécifique dans le jardin tant ses tiges peuvent s’étendre (parfois jusqu’à deux mètres).
C’est aussi une plante qui craint la sécheresse et doit être souvent arrosée.