Rayons
Toggle Search

Votre magasin préféré

Tous les rayons

Le tour de France des bonbons

Les bonbons ne sont pas réservés aux enfants, surtout quand il s’agit de fleurons de la confiserie française. Pour faire rimer tradition et gourmandise, nous vous invitons à un tour d’horizon de quelques-uns des meilleurs de France.

Bêtises de Cambrai

Il y a près de deux siècles, Emile Afchain, alors apprenti confiseur chez ses parents à Cambrai, commit une erreur en brassant la pâte à bonbons, laissant brûler le sucre au fond d'une marmite. Sa mère lui cria alors avec colère : "Tu ne fais que des bêtises ! …". Mais les bonbons se vendirent fort bien et furent très appréciés. Ainsi est née la Bêtise de Cambrai, un joli bonbon à la menthe qui ressemble à un petit coussin gonflé, rayé de sucre caramélisé, et qui se décline aujourd'hui au chocolat et aux fruits.

Calissons d’Aix

Un losange qui rappelle un sourire… un cœur moelleux et fondant fait d'amandes et de melon confit habillé d'un manteau de pain azyme et nappé de glace royale, c'est cette recette qui aurait redonné, selon la légende, le sourire à la Reine Jeanne de Laval lors de son mariage avec le Roi René Ier d'Anjou en 1454. En 1630, lors de la grande peste, il fut distribué en communion à la place des hosties pour prévenir cette épidémie.  Une gourmandise salutaire, en somme…

Caramels au lait frais d’Isigny

Ce sont les Arabes qui auraient inventé le caramel aux environs de l'an 1000 en perfectionnant les procédés de décantation du sirop de canne à sucre. L'origine du mot « caramel » vient de l'espagnol lui-même provenant du latin « cannamella » signifiant « canne à sucre ». Le lait frais normand donne toute sa saveur aux caramels d’Isigny.

Astuce : un caramel tendre doit d'abord se faire réchauffer dans la bouche avant d'être croqué. Important pour les dents un peu fragiles !

Nougat de Montélimar

À l'origine gâteau romain de miel et de noix, le nougat s’installe en Provence dès le Moyen-âge mais n’apparait sous sa forme actuelle qu’au 17ème siècle à Montéli­mar. Le vrai nougat, renommé dans le monde entier, composé d'amandes grillées et de miel, s'offre en cadeau comme on le fit jadis aux rois de France. La plus belle légende concernant son origine, remonte au XVIIème siècle et raconte que son nom viendrait de l'expression "tu nous gâtes".

La saviez-vous ? La première recette de nougat se trouve dans les écrits de Nostradamus…

Berlingots de Nantes

Connu dès le Moyen-Age, le berlingot demeure le bonbon emblématique des Trente Glorieuses.

Avec celui de Carpentras, il est l'un des berlingots les plus réputés de l'hexagone. Fait de sucre cuit, le berlingot nantais est une friandise élaborée à Nantes depuis le 19ème siècle. Il avait autrefois la forme d'une coquille d'escargot et se vendait en petits cornets dans les rues de Nantes. Plus petit que celui de Carpentras, il en a aujourd'hui la même forme, celle d'un tétraédre aux côtés renflés.

Pralines de Montargis

Née en 1636, la plus célèbre des pralines porte le nom de son créateur le duc de Choiseul, comte de Plessis-Praslin pour lequel son cuisinier Clément Jaluzot, mit au point la recette.  Cherchant à innover, il a imaginé de faire griller des amandes dans du sucre en fusion. Cette idée lui est venue en observant un de ses commis très gourmand d'amandes grillées et de sucre caramélisé.  La praline se reconnaît à sa robe brun foncé bosselée de toutes parts, qui cache une goûteuse amande et lui donne cette saveur unique.

Violettes de Toulouse

Les bonbons acidulés à la violette sont une friandise élaborée à partir d’un sucre d’orge aromatisé à la violette. La violette de Toulouse est une fleur double (deux fois plus de pétales) et donc plus grosse que les autres variétés de violettes, qui fleurit d'octobre à avril. Avant les cultures sous serres la Violette de Toulouse était une des rares fleures vendues pendant l'hiver. Ce serait un soldat Toulousain, de retour d’Italie, qui aurait rapporté des plants de violettes de Parme et aurait ainsi initié cette culture dans sa région natale.

Bergamotes de Nancy

Issus de Nancy, où ils font leur apparition au XVIe siècle, ces bonbons translucides, légèrement acidulés et de couleur dorée, doivent leur saveur unique aux bergamotiers d’Italie. En effet, au Moyen Âge, les fruits de ces arbres étaient transportés depuis l’Italie par les pèlerins qui se rendaient à la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port, près de la ville de Nancy.

Les Bergamotes de Nancy bénéficient d’une Indication géographique protégée (IGP) depuis 1996, seule confiserie IGP de France.