Rayons
Toggle Search

Votre magasin préféré

Tous les rayons

Tout savoir sur : Le champagne

Le champagne est synonyme de fête. Connaissez-vous les origines du champagne, sa composition et comment distinguer les grands crus ? On fait le point sur ce vin pétillant en quelques bulles…

Où est-il produit ?

Cinq départements bénéficient du label AOP (Appellation d’origine protégée) pour le vin de Champagne, dans une démarche de viticulture durable : la Marne, l’Aube, l’Aisne, la Haute-Marne et la Seine-et-Marne. En tout, ce sont 320 crus qui se répartissent sur 34 000 hectares de vignobles.

Les étapes pour le faire

Il faut un sous-sol calcaire et cultiver principalement des cépages de pinot noir, de meunier et de chardonnay. La cueillette des grappes de raisin se fera à la main. Elles seront pressurées immédiatement après. Le jus extrait entre alors en processus de vinification (fermentation alcoolique avec transformation du sucre en alcool et gaz carbonique). On pratique ensuite un assemblage, soit le mariage de vins issus de crus, cépages et années différents, afin de créer un vin unique (le champagne millésimé est quant à lui le vin d’une seule année). Ce qui fera en somme la caractéristique de chaque champagne.

Pour donner au champagne son effervescence, on le fait fermenter en bouteille en lui adjoignant une liqueur composée de sucre et de levures qui vont libérer alcool et gaz carbonique. On couche ensuite les bouteilles à l’horizontale, à l’abri de la lumière, entre quinze mois (pour les non-millésimés) à plus de trois ans (pour les millésimés). Afin d’éliminer les lies formées lors de la fabrication, on pratique le remuage (retourner la bouteille régulièrement). Enfin, on plonge le col de la bouteille dans une solution à -27 ° pour former un glaçon dans le goulot qui emprisonne les sédiments qui s’y trouvent.

Brut, sec ou demi-sec ?

La dernière étape de fabrication du champagne consiste en l’ajout d’une liqueur de dosage composée d’un mélange de vin et de sucre. Le vin sera alors brut (avec moins de 12 g de sucre par litre), sec (entre 17 et 32 g), demi-sec (entre 32 et 50 g) ou doux (au-delà de 50 g). Mais il peut être également extra-dry (entre 12 et 17 g), extra-brut (entre 0 et 6 g) ou brut nature, sans ajout de sucre.

Les différents types

À chacun sa préférence, mais voici de quoi vous aider à comprendre les subtilités d’un champagne à l’autre. Ainsi, si vous entendez parler d’un « blanc de blanc », cela signifie que le cépage initial est un chardonnay (raisin blanc). À l’inverse, le « blanc de noir » provient d’un cépage de type pinot noir ou meunier (raisin noir). Votre champagne sera « rosé » s’il est obtenu par macération ou s’il est le fruit d’un mélange entre cépages blancs et cépages rouges. « Grand cru » ou « premier cru » sont des dénominations historiques de certaines communes d’où provient le vin en question.

Du champagne de toutes les tailles

Vous pouvez retrouver des bouteilles de champagne de toutes les tailles : les plus petites (20 et 34,5 cl), les standards (75 cl) ou les magnums (1,5 litre), voire les jéroboams (3 litres). Mais certaines, plus rares, sont gigantesques, du mathusalem (6 litres) au nabuchodonosor (15 litres). La plus impressionnante étant le melchisédech et ses 30 litres…

Sur les étiquettes de bouteille de champagne

Toutes les informations utiles sont mentionnées sur votre bouteille, sous plusieurs étiquettes de différentes tailles. On y retrouve entre autres, le nom de l’AOC du champagne, sa teneur en sucre, son pourcentage d’alcool, son volume, sa marque, le nom de la commune d’où il provient… Les deux lettres présentes (de type NM, RC, SR…) indiquent la catégorie professionnelle de l’élaborateur de la bouteille (négociant manipulant, société de récoltant, marque d’acheteur…). Enfin, si une année est indiquée, c’est qu’il s’agit d’un vin millésimé.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modéation.