Un futur papa en 9 mois top chrono

La grossesse est une période de métamorphose. Les futurs papas ont 9 mois pour se projeter dans la parentalité. Tic-tac, le compte à rebours a commencé…

L’empathie du futur papa pendant la grossesse

L’annonce de la grossesse peut avoir un effet « choc » pour un futur papa. Partagé entre la joie d’accueillir un nouveau-né et l’angoisse de ses nouvelles responsabilités, il peut se sentir un peu déboussolé.

C’est bien normal. Cela est dû à :

  • son stress au sujet de votre état de santé et de celui de l’enfant,
  • ses questionnements sur sa capacité à devenir père,
  • la potentielle « rivalité » qu’il entrevoit (inconsciemment) avec le bébé à naître.

Parfois, l’empathie du papa est telle, à l’annonce de votre grossesse, qu’elle peut déboucher sur une « couvade ». Une grossesse nerveuse qui se manifeste essentiellement par :

  • des petits maux : nausées, fringales, vertiges,
  • une prise de poids importante et un ventre qui devient rond,
  • un baby blues à la naissance.

Selon certaines études, 1 père sur 5 connaîtrait ces manifestations psychosomatiques à l’annonce d’une grossesse. Mais pas de panique, la couvade est anodine. Dans la majorité des cas, les symptômes disparaissent, comme par magie, à l’accouchement.

 

Une cohabitation à trois (ou plus)

Le plus souvent, c’est à l’occasion d’une première grossesse que les sentiments du futur père sont exacerbés.

Il réalise :

  • qu’il va devoir « partager » sa compagne,
  • qu’une relation fusionnelle s’établit entre la mère et le bébé à naître,
  • que ses émotions et ses petits soucis du quotidien sont relégués au second plan pendant cette période de gestation.

Dans les premiers mois, le papa ne se projette pas encore dans la relation triangulaire. Mais dès que le ventre de la maman s’arrondit et que les préparatifs de la naissance s’annoncent, la prise de conscience a lieu. Le père comprend alors que la configuration de son couple évolue. Le conjoint et amant, jusqu’à présent, porte une nouvelle casquette : celle de chef de famille. À vous, future maman, de l’aider à prendre son envol dans votre famille par vos conseils et votre attention quotidienne.

 

Comment impliquer le père dans la grossesse ?

Pour s’approprier sa future parentalité, il se peut que le papa :

  • « aménage sa grotte » ; bricoler ou décrypter la notice de fonctionnement d’une poussette, c’est sa manière à lui de s’impliquer dans la grossesse,
  • veuille participer à votre préparation à l’accouchement ; ensemble, choisissez des séances d’haptonomie et entrez en contact avec votre bébé à naître grâce au sens du toucher,
  • ait besoin de parler à votre enfant. Quelle bonne idée ! Saviez-vous que les sons graves de la voix du papa sont plus facilement véhiculés par le liquide amniotique ? Ils apportent un sentiment d’apaisement et de sécurité au tout-petit. Parlez, chantez… Tout est permis. Cela aidera votre enfant à se familiariser avec les voix de ses parents.

Neuf mois, c’est court pour changer de peau et se transformer en papa. Tous les moyens sont bons pour apprivoiser ce nouveau rôle et s’impliquer dans la relation à naître. À vous de jouer !