Rayons
Toggle Search

Votre magasin préféré

Tous les rayons

Votre enfant ne veut pas aller au lit ?

Tout allait bien jusqu’à présent et voilà que la phase d’opposition s’invite à l’heure du coucher. Votre tout-petit refuse de s’endormir ou se réveille en pleurant ? Les solutions pour l’aider à retrouver le sommeil.

Les prémices du coucher : des moments clés

Les courts moments passés en compagnie de votre enfant sont précieux au retour de votre journée de travail. Les caprices, les pleurs et les problèmes liés à l’endormissement ne doivent pas perturber ces instants importants. Pour créer une atmosphère propice au bon déroulement du coucher dans la maison :

  • discutez avec votre enfant, posez-lui des questions sur sa journée et racontez-lui la vôtre ; si vous lui témoignez de l’intérêt, il se sentira entouré et apaisé,
  • limitez les activités stimulantes, les écrans et les conflits entre adultes ou frères et sœurs ; le calme et la sérénité doivent régner dans la maisonnée,
  • ce n’est pas le moment de le punir. Adoptez une attitude neutre face à ses éventuels caprices et restez le plus zen possible.

Fermeté et douceur : le juste équilibre

Votre priorité est le sommeil et le bon développement de votre bambin. Plus il est reposé, moins il est grognon. Résultat ? Vous gagnez vous-même en patience. Un cercle vertueux se met en place dès lors que la question du coucher cesse d’être problématique.

  • Ne lui montrez pas que vous accordez trop d’importance à l’heure du coucher.
  • S’il voit que vous nourrissez de l’inquiétude au sujet de son sommeil, il peut en jouer pour vous résister.
  • Lorsqu’il rejoint votre chambre en pleine nuit, restez zen. Il doit sentir que c’est vous qui fixez les limites. Il renoncera alors à vous réveiller.

Un rituel du coucher : si on essayait ?

  • Avant le coucher, mettez en place une routine fixe : brosser les dents, pipi, câlin, petite histoire… Cela renforce la sécurité affective de votre enfant.
  • Attention, ce rituel ne doit pas s’éterniser (moins de 30 minutes) car il ne vise pas à retarder la séparation.
  • Si ces règles ne vous permettent pas de venir à bout de ses difficultés de sommeil, parlez-en au pédiatre.

Pour résoudre les problèmes liés au coucher de votre tout-petit, rusez. N’hésitez pas à prendre de nouvelles initiatives et à emprunter des voies variées. Vous avez tout à y gagner !