Les petits adorent les bêtises

De 18 à 24 mois, votre enfant explore son univers et fait ses premières bêtises. Soyez indulgents. À cet âge, elles reflètent surtout sa maladresse.

Des bêtises ou des maladresses ?

Plein d’énergie et encore malhabile dans ses mouvements, votre enfant est pressé de découvrir le monde. Il escalade un canapé, renverse un tabouret ou envoie valser son assiette de purée. Ne soyez pas trop sévères. Ce n’est qu’à partir de 2 ans qu’un tout-petit commence à distinguer le bien du mal. À ce stade de développement, il ne connaît pas très bien les limites de son corps. Ses bêtises sont l’expression de son besoin d’autonomie. Vous pouvez néanmoins commencer à fixer des limites, en douceur. « Non, il n’est pas permis de monter sur un lit avec des chaussures ni de vider tous les tiroirs de la maison. »

 

Explorer le monde avec les bêtises

Dès qu’il est suffisamment à l’aise avec la marche, rien n’arrête votre enfant. Le but de ses déplacements ? Voir, toucher, sentir. Tous ses sens sont en éveil ! Et le bocal du poisson rouge risque de ne pas survivre à cette petite « tornade sur pieds ». Par précaution, disposez les objets fragiles ou dangereux hors de sa portée. Il pourra ainsi laisser libre cours à sa curiosité en toute sécurité. Verres, bougeoirs, casseroles, lampes… doivent donc être placés en hauteur et en dehors de son champ de vision. Ensemble, faites un tour de la maison. Énoncez clairement à votre bout de chou les interdits en répétant les consignes plusieurs fois d’affilée. C’est une mesure de prévention.

 

Des bêtises qui évoluent avec l’âge

Avant 2 ans, les bêtises de votre tout-petit peuvent traduire son besoin de connaître vos limites, de mettre votre résistance et votre autorité à l’épreuve. Restez donc fermes et accompagnez vos « non » d’une petite explication. Veillez aussi à ne pas brandir systématiquement les interdits. Il est important que votre enfant réalise ses désirs et cherche ses propres limites. C’est en se trompant qu’on apprend et que l’on grandit sans frustrations.

Mais si votre enfant de 18 à 24 mois n’est pas encore en âge de faire des bêtises « intentionnelles », restez attentifs. Dans quelques mois, ses actes deviendront un mode d’expression. D’ailleurs, à 3 ans, il sera capable de mesurer la valeur d’un interdit et les conséquences de ses actes. À vous alors de l’accompagner dans ce nouvel apprentissage pour que cela se passe en douceur.