Les traditions d'Halloween

La tradition anglo-saxonne d’Halloween s’est peu à peu imposée en France, comme une occasion de se déguiser et de jouer à se faire peur. Mais quelles sont ses origines ?

La célébration de la Toussaint

Avec l’arrivée du christianisme, les catholiques ont commencé à fêter la Toussaint (« tous les saints »), le 1er novembre. En anglais, Halloween est une abréviation de All Hallows Eve, « le soir de tous les saints », le 31 octobre ! Pas très répandue de nos jours en France, Halloween est incontournable dans les pays anglo-saxons et outre-Atlantique, importée par les Irlandais au xixe siècle.

Halloween

À la base, la fête célèbre la fin des moissons et le début de l’hiver, moment où le monde de la nuit n’appartient plus aux vivants mais à des êtres surnaturels. Il est coutume de laisser de la nourriture aux portes des villages et de l’offrir aux fantômes afin d’apaiser leurs esprits.

La lanterne-citrouille

En Irlande, la tradition était d’installer devant chez soi un navet sculpté d’une grimace effrayante – pour éloigner les mauvais esprits – dans lequel était placée une chandelle servant à guider les âmes. L’emploi de la courge est associé, quant à elle, à la légende de Jack O’Lantern, condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis en s’éclairant d’un tison posé dans un navet sculpté. Elle a remplacé petit à petit le navet car c’est un légume qui pousse en octobre et qui est plus facile à sculpter.