Food & Globe, Episode 4 : La Chine

La cuisine est un élément essentiel pour les Chinois. Focus sur ce pays où manger sainement est synonyme de santé.

Les trésors de la cuisine chinoise

Nous avons arpenté les rues agitées du Sud au Nord à la découverte des meilleurs mets. Heureusement pour nous dans tous les restaurants, du plus traditionnel au plus grand, les menus sont toujours illustrés. Il arrive même qu’une salle entière fasse office de menu. Vous pouvez alors choisir vos plats et même le poisson que vous souhaitez déguster dans de grands viviers. De l’aquarium à l’assiette, on ne peut douter de la fraîcheur des mets. Si vous avez la chance d’être invité à la table de Chinois, on vous installera souvent dans des salles privées, très populaires, au cœur même des restaurants. Assis autour d’une grande table ronde au milieu de laquelle trône un plateau tournant, tenez-vous prêts, le défilé de plats débute. Canard laqué, aubergines caramélisées, choux au piment, pattes de poulet, sauterelles grillées, tofu en sauce et autres plats dont il est mission impossible de retenir le nom ou comprendre la composition. La cuisine chinoise est très variée. Elle est salée au Nord et sucrée au Sud, aigre à l’Est et épicée à l’Ouest. Les assiettes sont toujours bien présentées et les cuisiniers rivalisent d’ingéniosité pour vous offrir des plats esthétiques et appétissants. Quitte à parfois pousser les choses un peu loin et ajouter des colorants jusque dans les dim sum. Le tout sera bien sûr généreusement arrosé de bière, de vin ou d’alcool de riz (à consommer avec modération bien entendu). La barrière de la langue ne s’était jamais tant fait ressentir. Ici, pour communiquer, il nous a fallu une dose d’ingéniosité et apprendre tant bien que mal quelques mots de chinois. C’était aussi l’occasion de voir le visage de nos hôtes s’illuminer à chaque tentative de prononciation. Prononcez nihao (bonjour) ou chiechie (merci), vous êtes déjà considéré comme bilingue et la conversation est engagée. Il ne vous reste plus qu’à expliquer qu’à ces quelques mots s’arrête votre bilinguisme.

 

Escapades dans la capitale chinoise

C’est sous la neige que nous avons découvert Pékin, la capitale chinoise. De prime abord, c’est une ville faite de béton et de tours d’immeuble, mais il suffit de s’aventurer un peu plus loin pour découvrir cette ville dynamique et attrayante. Les Chinois se lèvent très tôt, profitez-en pour découvrir l’agitation de la ville et visiter l’imposante Cité interdite, puis échappez-vous au détour d’une grande avenue dans les hutongs de Pékin. Ces vieux quartiers faits de petites maisons basses aux toitures traditionnelles recèlent de restaurants et boutiques en tous genres. Attablez-vous pour y déguster des nouilles préparées sous vos yeux. Le spectacle est assuré dans la cuisine comme dans vos assiettes.

 

À l’assaut de la grande muraille

Dès que l’occasion se présente, sautez dans un taxi en direction de Huang Hua, à 1 h 30 de Pékin. Passez le portail d’une petite maison à une portion de la grande muraille de Chine loin des hauts lieux touristiques. Si comme nous vous avez de la chance, vous vous retrouverez seuls sur cet édifice majestueux. Le sentiment est étrange, le lieu est chargé d’histoire, surprenant et immense. Le dépaysement est assuré. Admirez l’immensité de cette construction, les chiffres varient entre 9 000 et 21 000 km de long. Il y a en effet plusieurs murailles que les empereurs se sont efforcés de joindre à travers le temps. Beaucoup d’énergie pour cet édifice qui, dit-on, n’aura jamais réussi à repousser l’envahisseur.