Vivons mieux

20 août 2015

Contrôle des conditions sociales de fabrication.

Dans les pays considérés comme sensibles, Carrefour procède à des audits sociaux de ses fournisseurs, pour s’assurer du respect des droits de l’homme et du travail. En 2014, 1508 audits sociaux ont été réalisés.

L’enseigne conduit une politique volontariste visant à faire respecter les droits de l’homme par l’ensemble de ses fournisseurs. Depuis 2000, Carrefour a lancé la
« Charte sociale et éthique Carrefour », en collaboration avec la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH).


Carrefour demande à tout fournisseur de produits à ses marques, de signer la charte sociale et éthique, et de s’engager à la faire respecter dans ses usines.

Des audits sociaux permettent de vérifier son respect et de mettre en place les actions correctives éventuelles.

En 2014,  1508 audits sociaux ont été réalisés chez les fournisseurs à notre marque propre.

Les exigences de la Charte sociale et éthique Carrefour :


  • Interdiction du travail forcé ou obligatoire y compris le travail pénitentiaire ou la servitude pour dette ;

  • Interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans ;

  • Respect de la liberté d’association et reconnaissance effective du droit à la négociation collective ;

  • Interdiction de toute discrimination, de harcèlement et de violences physiques ou psychologiques ;

  • Santé et sécurité : garantir que toutes les dispositions nécessaires sont prises afin de couvrir les conditions particulières des divers secteurs industriels et des dangers y afférant, conformément aux principes applicables en matière de santé et de sécurité ;

  • Fournir aux travailleurs une rémunération satisfaisant leurs besoins de base ainsi que ceux des membres de leur famille dépendant d’eux ;


Garantir aux travailleurs une durée de travail en accord avec les normes internationales et la loi locale.