Combattons le gaspillage

31 Janvier 2017

Market révolutionne l’éclairage en magasin !

Carrefour Market révolutionne l’éclairage en magasin !

La lutte contre le gaspillage énergétique continue chez Carrefour. Après les portes sur les armoires des rayons frais, les éclairages LED ou la certification ISO 50001 par AFNOR Certification, le premier magasin au monde éclairé par la lumière naturelle du soleil est en test au supermarché Market de Bonneval depuis 2015.

C’est une première mondiale dans le monde de la grande distribution… et c’est chez Market que cela se passe ! Market de Bonneval expérimente, depuis 2015, une technologie révolutionnaire pour éclairer l’intérieur du magasin avec la lumière naturelle du soleil.

Cette expérimentation, rendue possible grâce à un partenariat avec Philips et la Start-up française Echy, permet de réduire la consommation énergétique du magasin de 40%, de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, tout en améliorant le confort visuel des consommateurs. Et plus il fait beau dehors, plus cette économie est grande. Plutôt intéressant lorsque l’on sait que l’éclairage est la 2e source de dépenses de Carrefour et qu’elle représente 25% de la consommation d’énergie d’un magasin.

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?
Des lentilles solaires, installées sur le toit du magasin captent la lumière naturelle du soleil. Celle-ci est ensuite acheminée par la fibre optique jusqu’à des lampes hybrides solaire/LED accrochées au plafond du supermarché. La lumière ainsi diffusée est la même que celle du soleil, à la différence près qu’elle ne comporte aucun UV et ne chauffe pas ! Bien sûr, les jours où l’ensoleillement est moindre, l’éclairage LED prend automatiquement le relais afin d’offrir l’éclairement requis.
Cet ingénieux système a donc de nombreux effets positifs.

L’installation de cette nouvelle solution d’éclairage s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le gaspillage énergétique initiée par Carrefour depuis plus de 20 ans, qui s’est fixé pour objectif de réduire la consommation d’énergie de 30% d’ici 2025 et ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2025 (par rapport à 2010).