À la découverte de l’or malté

Les Français sont les plus grands consommateurs de whisky au monde. Avec les experts de Whisky Magazine & Fine Spirits, apprenez à connaître et à choisir le whisky qui vous convient.

Savoir décrypter une étiquette de whisky

L’étiquette d’un whisky, un peu comme une carte d’identité, dévoile certaines informations qui peuvent guider votre choix. Il faut tout d’abord distinguer le single malt, obtenu à partir d’orge maltée provenant d’une unique distillerie, du blended malt, qui résulte de l’assemblage de single malts de plusieurs distilleries. Le blended est quant à lui un mélange de plusieurs whiskies élaborés avec plusieurs céréales. Chaque type de whisky présente des profils aromatiques qui lui sont propres, il vous appartient d’identifier ceux qui vous plaisent le plus. Enfin, le type de fûts utilisé pour le vieillissement, et en particulier leur contenu antérieur, a une influence considérable sur le profil aromatique du whisky. Ceux qui ont été élevés dans des fûts initialement utilisés pour du vin de xérès sont marqués par des notes de fruits confits très appréciées des amateurs.

Choisir son whisky en fonction de la provenance géographique

L’Écosse, premier pays producteur avec plus de 90 distilleries, affiche une diversité de procédés qui lui permet de proposer une très large palette de caractères et d’arômes. L’Irlande utilise des méthodes qui donnent à ses «whiskeys» des caractères plus légers et plus fruités. Les Bourbons américains révèlent une rondeur due à l’utilisation de maïs lors de l’élaboration. De nombreuses distilleries émergent dans des pays nouvellement producteurs. Ainsi, la recherche d’excellence prônée par le Japon a permis à ses whiskies d’atteindre en moins de 100 ans un niveau de qualité mondialement reconnu. La France n’est pas en reste c’est à la Distillerie des Menhirs que l’on doit le lancement en 1998 d’un whisky inédit, distillé à partir de blé noir.

Comment déguster un whisky

Pour apprécier au mieux un whisky, nous vous conseillons d’opter pour un verre tulipe, qui concentre mieux les arômes que le verre droit. Observez la robe et ses reflets. À la sortie de l’alambic, le whisky est incolore c’est le vieillissement en fût qui apporte la couleur. Vous aurez donc des indices sur le type de fût utilisé, ou le nombre d’années de vieillissement. Plongez ensuite rapidement votre nez dans le verre pour vous imprégner des arômes les plus éphémères, puis revenez-y plusieurs fois pour apprécier toute l’expression aromatique. Le moment est alors venu de le goûter mais, avant d’avaler, n’oubliez pas de le conserver en bouche quelques instants. Les whiskies qui affichent un degré d’embouteillage élevé méritent d’être dégustés deux fois :  purs en premier lieu, puis dilués avec quelques gouttes d’eau minérale la plus neutre possible.